Portage salarial ou SASU ?

Le travailleur indépendant débutant son activité peut se sentir un peu perdu concernant la forme à adopter pour exercer celle-ci de manière optimale : Faut-il créer une société de type SASU, devenir auto-entrepreneur ou opter pour le Portage salarial ? Cette question cruciale mérite quelques éclaircissements. Nous vous aidons à y voir plus clair en comparant deux des dispositifs les plus plébiscités par les freelances : la SASU et le Portage salarial.

 

SASU et Portage salarial : comment ça marche ?

La SASU (société par actions simplifiées unipersonnelle) est une forme de société simple adapté aux PME / TPE avec un associé unique. Vous constituez alors une « personne morale » (la société) en déposant ses statuts au greffe du tribunal de commerce. L’unique dirigeant de la SASU est alors affilié au régime de la sécurité sociale et assimilé salarié.

Le portage salarial est une alternative à la création d’entreprise : pas besoin dès lors de créer une société. Le « porté » bénéfice du statut de salarié mais reste autonome dans le choix de ses clients et fixe ses honoraires. Le chiffre d’affaires généré est transformé chaque mois en salaires et l’entreprise de portage s’occupe de tous les aspects juridiques, administratifs et comptables.

 

Avantages et inconvénients de la SASU

 Souplesse

La SASU est une forme de société particulièrement souple : vous êtes libre de rédiger les statuts comme bon vous semble. Vous pouvez facilement intégrer de nouveaux associés et devenir une SAS (société avec plusieurs associés).

 

 Régime général de la sécurité sociale

Contrairement à d’autres statuts comme l’EURL ou l’entreprise individuelle, en tant que Président associé unique de la SASU, vous êtes soumis au régime général de la sécurité sociale. Vous disposez alors d’une meilleure protection sociale que les travailleurs non-salariés (TNS), notamment en matière de retraite.

 

 Choix entre salaires et dividendes

Le choix d’une SASU vous permet de choisir le type de rémunération en fonction des objectifs recherchés : versement d’un salaire pour vous assurer une meilleure protection sociale (mais il faudra payer les charges sociales afférentes) ou un versement sous forme de dividendes qui vous offre davantage de liquidités.

 

 Assurance chômage

Bien qu’assimilé-salarié, vous ne pouvez pas bénéficier de l’assurance chômage lorsque vous cessez votre activité.

 

 Formalités

La création d’une personne morale nouvelle comporte son lot de formalités à respecter : rédaction et dépôt au greffe des statuts, liasse fiscale, déclaration TVA, comptabilité et dépôt des comptes, fiches de paie et DNS …. Bien entendu, il est possible de solliciter un expert-comptable pour toutes ces formalités, mais cela aura un coût.

On estime que les dirigeants de SASU consacrent 27% de leur temps à régler des questions administratives et à gérer leurs comptes.

 

 Frais à payer même en cas d’absence d’activité

Même si vous avez une absence d’activité sur plusieurs mois, il faudra tout de même vous acquitter de vos obligations (déclarations sociale, bulletins de paie, dépôt de compte, etc.)

 

 Obtention d’un crédit

Les banques sont plus réticentes à octroyer des crédits aux associés de sociétés unipersonnelles. Elles peuvent vous demander jusqu’à vos 3 derniers bilans (soit 3 années d’exercice) et pour calculer le montant maximum de votre crédit, elles se basent habituellement sur 70% (voire moins selon les banques) du montant net perçu.

 

Avantages et inconvénients du portage salarial

 Formalités administratives prises en charge

Toute la gestion administrative (rédaction des contrats, facturation, édition des bulletins de paie, assurance, etc.) est déléguée à l’entreprise de portage salarial. C’est un gain de temps évident, surtout si vous êtes allergique à la paperasse.

 

 Nombreux avantages sociaux

Les salariés portés bénéficient des avantages du salariat :

  • Possibilité de bénéficier d’une retraite à taux plein
  • Assurance chômage, protection du droit du travail
  • Accès à une mutuelle d’entreprise
  • Accès à un comité d’entreprise (si l’entreprise de portage salarial est suffisamment importante)

 

 Sécurité financière

Le portage salarial vous garantit un salaire minimum dit « salaire conventionnel », soit 2 288 € brut pour un temps plein. De plus, de nombreuses entreprises de portage salarial proposent une option avec avance totale de salaire dès l’émission de vos factures (l’intégralité du chiffre d’affaires est alors transformée en salaires). Le délai de règlement et les relances des factures impayées sont alors totalement à la charge de l’entreprise de portage. Vous bénéficiez en outre d’une garantie spécifique au Portage salarial sur vos salaires : en cas de dépôt de bilan de l’entreprise de portage, un fonds de garantie vous verse vos salaires impayés.

 

 Sécurité juridique

La société de portage vous apporte (normalement) son expertise dans la négociation et la signature des clauses de vos contrats de service. Elle possède en général des modèles de contrat prêts à l’utilisation. Vous diminuez ainsi le risque d’être prisonnier de clauses abusives qui auraient été insérées par vos clients dans vos contrats de service.

 

 Obtention d’un crédit

L’obtention d’un crédit se fait généralement dans les mêmes conditions qu’un salarié « classique ». La banque va vous demander une attestation employeur (délivrée par l’entreprise de portage) et vos 3 derniers bulletins de paie. Le montant du crédit possible sera calculé sur 100% du salaire net.

 

 Accompagnement et services

L’une des spécificités du portage salarial est de vous fournir un cadre propice au développement de votre activité. La nature de cet accompagnement dépend des services proposés par l’entreprise de portage : formations, assistance juridique, mise en réseau, aide à la rédaction de réponses aux appels d’offres…

 

 Optimisation fiscale et sociale

L’entreprise de portage salarial peut vous conseiller pour maximiser votre revenu Net via plusieurs dispositifs : remboursement des frais professionnels (et notamment la mise en place de remboursements forfaitaires autorisés par la règlementation), placements sur un plan épargne entreprise et/ ou un plan épargne retraite, chèques emploi-service, etc. L’objectif est de minimiser vos charges sociales et vos impôts.

 

 L’indépendance

Doté du statut de salarié, le professionnel en portage salarial devrait selon toute vraisemblance bénéficier d’une marge de manœuvre moins importante que l’entrepreneur qui a créé sa SASU. Dans la pratique, le salarié porté reste totalement autonome dans le développement de son activité. Vous assurez votre prospection commerciale, négociez vos modalités d’intervention et construisez votre offre de service. La seule limite à votre indépendance est le droit de regard que possède l’entreprise de portage à l’égard des missions. Celle-ci peut ainsi refuser une mission si elle ne respecte le cadre légal du portage salarial ou si la nature de celle-ci n’est pas couverte pas son assurance en responsabilité civile et commerciale (RC Pro). Autre point essentiel : vous restez libre de quitter votre entreprise de portage en emmenant vos clients avec vous (les clauses de non-concurrence sont interdites dans les contrats de portage salarial).

 

 Frais de gestion

Les services d’une entreprise de portage salarial ont un coût, généralement entre 5% et 15% du chiffre d’affaire hors-taxe que vous générez. Ce pourcentage diffère selon l’entreprise de portage que vous aurez sélectionnée et les services / options demandés.

 

 Pratiques douteuses de certaines entreprises de portage 

Certaines entreprises de portage ont récemment été mises en cause pour leurs pratiques, notamment en raison d'une surfacturation de taxes et charges (parfois appelées « marges arrières » ou « frais cachés ») au niveau des bulletins de salaire. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cet article : les dérives du portage salarial. Notre conseil est donc de poser un maximum de questions et de systématiquement demander une simulation détaillée de votre compte d’activité et de vos bulletins de paie.

Finalement, Portage salarial ou SASU ?

Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix : tout dépend de votre situation et de vos objectifs.

Le portage salarial est parfaitement adapté aux travailleurs autonomes, qui nécessitent la mise en place de moyens limités (informatique, marketing, référencement…), qui s’exercent sous forme de missions temporaires avec des périodes d’inactivité (d’où l’importance de cotiser au chômage). Au vu de tous les avantages sociaux et dispositifs d’optimisation, le gain sur la durée pour un freelance exerçant seul est généralement supérieur à tout autre statut.

En revanche, l’entrepreneur qui compte développer son activité, en embauchant des salariés, en investissant dans des équipements et en faisant entrer, à terme, de nouveaux associés, pourra opter pour la SASU, qui demeure un véhicule entrepreneurial souple.

Des questions sur le choix d’un statut ? Venez discuter via notre page contact ou au 0147031590, nous vous accompagnerons dans vos décisions !

Comment trouvez-vous cet article?

Cliquez sur une étoile pour le noter!

Note moyenne: / 5. Nombre de note:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *